• English
  • Français
Du Vendredi 24 Novembre 2017 au Samedi 25 Novembre 2017 : Festival de la Communication Santé (Deauville)
Jeudi 30 Novembre 2017 : FORUM PATIENTS PFIZER
Du Samedi 02 Décembre 2017 au Lundi 04 Décembre 2017 : ESO TRAINING COURSE ON RARE CANCERS (Milan, Italie)
Samedi 02 Décembre 2017 : Concert Let's Goldman (Riorges, France)
Jeudi 07 Décembre 2017 : Conférence sur l'observance thérapeutique à l'ESSEC (La Défense, Paris)
Du Vendredi 08 Décembre 2017 au Dimanche 10 Décembre 2017 : Congrès de l'ESMO : immuno oncologie (Genève, Suisse)
Du Vendredi 09 Février 2018 au Dimanche 09 Décembre 2018 : Congrès de l'AFTED (Paris)
Du Jeudi 01 Mars 2018 au Samedi 03 Mars 2018 : ASSEMBLÉE GÉNÉRALE EUROSARC (Séville, Espagne)

Dr Aurélie Dutour, biologiste moléculaire au Centre Léon Bérard (Lyon)

Le Dr Aurélie Dutour est biologiste moléculaire du Centre Léon Bérard à Lyon. Passionnée et très impliquée dans le champ des sarcomes depuis 10 ans, le Dr Dutour est particulièrement investie dans le domaine des ostéosarcomes.

Alors qu'elle était encore étudiante en D.E.A., son sujet de thèse concernait déjà le traitement des ostéosarcomes et avait pour but de tester une approche de thérapie génique qui consistait à inhiber la vascularisation tumorale. Depuis, son intérêt pour les sarcomes et plus particulièrement pour les sarcomes musculosquelettiques n’a pas faibli. Bien au contraire...Lorsqu'elle a appris la création de notre association, elle fut parmi les premières et les plus motivées à nous proposer son soutien pour promouvoir nos actions auprès des malades, des familles et des autorités locales.

Pour Info Sarcomes, le Dr Dutour évoque sa passion scientifique et présente les grandes lignes de ses principaux travaux de recherche...

  • Dr Dutour, depuis quand êtes-vous impliquée dans les sarcomes ?

C'est dans le prolongement de ma thèse, après un post-doc à Houston dans une équipe spécialisée dans les leucémies et l’immunothérapie, que  je suis revenue à mes deux domaines de prédilection que sont :

  1. les sarcomes
  2. les thérapies innovantes. 

Ce qui m'intéresse par dessus tout, c'est d'évaluer de nouvelles approches thérapeutiques pour "contourner les mécanismes de résistance" de ces tumeurs. Depuis 2007, année de mon intégration au Centre Léon Bérard, je suis responsable de plusieurs projets de recherche translationnelle sur les sarcomes pédiatriques. A ce titre, j'ai pour fonction de modéliser des thérapies innovantes afin de pouvoir les utiliser chez les patients dans les années à venir.

 

  • Pourquoi vous intéressez plus spécifiquement aux ostéosarcomes ?

Je suis plus particulièrement intéressée par les ostéosarcomes car ce sont des tumeurs rares et complexes qui se caractérisent principalement par : 

  • La fabrication d'os immature
  • Le détournement du système vasculaire du site
  • La résistance aux thérapies conventionnelles

De par ces caractéristiques, les ostéosarcomes représentent un véritable challenge thérapeutique.

Par ailleurs, tenter d’identifier de nouvelles cibles thérapeutiques qui déboucheront sur une possible application  sur les patients à moyen terme est pour moi très stimulant.

 

  • A l'heure actuelle, où en est la recherche dans le domaine des ostéosarcomes ?

Du fait de la rareté de l’ostéosarcome, la recherche aussi bien sur les mécanismes moléculaires de cette tumeur que sur la mise au point de nouvelles thérapies ne peut se faire de façon efficace que par des collaborations entre équipes venant d’horizon différents. Le projet CLARAFT illustre bien cet exemple puisque il réunit des chimistes, physiciens, biologistes et médecins.

D’un point de vue plus mécanistique et fondamental, une collaboration avec une équipe de Grenoble et une équipe de Marseille a pour but d’étudier les mécanismes moléculaires de la tumorigenese de l’ostéosarcome et les interactions entre la voie de signalisation mTOR et la voie de l’hypoxie impliquée dans la radiorésistance.

Une autre collaboration européenne (en cours de construction) porte sur un projet d’imagerie métabolique et hypoxique de l’ostéosarcome.

 

  • Concrètement, en quoi consistent vos travaux de recherche ?

Concrètement je suis impliquée dans le programme de recherche translationnelle des sarcomes avec un fort accent sur les ostéosarcomes. Mes principaux projets de recherche ont pour but d’évaluer de nouvelles approches thérapeutiques et chirurgicales–dans des conditions mimant la clinique humaine- pour les ostéosarcomes. Un de mes projets (le projet CLARAFT) a reçu un financement du cancéropole Rhone Alpes (CLARA) et concerne la mise au point et la validation d’une association caméra/traceur fluorescent permettant au chirurgien de visualiser les limites de la tumeur in situ au cours de l’intervention et de détecter des métastases pulmonaires autrement invisibles à l’œil nu. Cette technique permettra également au chirurgien de limiter les résections de tissus sains.

Dans le cadre de l’évaluation de nouvelles thérapies, notre équipe nous teste des approches ayant pour but de contrer les mécanismes de résistances de l’ostéosarcome. Tous ces projets de recherche translationnelle (préclinique) sont menés dans des modèles in vitro et in vivo.

Equipe Dr Dutour CLB

De plus, je suis en charge de l’étude biologique associée à l’essai clinique OSII-TTP qui a pour but d’étudier la signature moléculaire des ostéosarcomes afin de mettre en évidence des marqueurs spécifiques de la rechute de l’ostéosarcome. Cette étude de la signature moléculaire des rechutes d’ostéosarcomes est novatrice et, du fait de la rareté de cette tumeur, ne peut être conduite qu’associée à un essai clinique national.

 

  • A quoi ressemble une journée type d'Aurélie Dutour au labo ?


En ce qui me concerne, je ne fais plus du tout de paillasse. Par conséquent, une journée type commencera  par un point avec les techniciens et les étudiants sur leurs projets, afin de savoir où on en est, ce qu'il faut faire d'un point de vue technique, savoir si des problèmes ont été rencontrés et si oui, à quels niveaux... Ensuite, en général on s'occupe des modèles animaux, ce qui consiste notamment à traiter les rats et à assurer leur suivi clinique.
Enfin, pour ma part, beucoup de mon temps est dédié à la rédaction de projets, à leur suivi (gestion/management), à la rédaction d'articles scientifique mais aussi à la préparation de demandes de financements...

 

  • Quels seront les impacts potentiels de vos recherches dans le traitement futur de cette maladie ?

Le projet de mise en évidence d’une signature moléculaire de rechute des ostéosarcomes que nous avons soumis dans le cadre de l’Appel à Projet d’Info Sarcomes devrait permettre de  prévoir, au moment du diagnostic, si un patient sera un bon ou mauvais répondeur à la chimio et d’orienter le traitement le plus efficacement possible…

Le projet de détection per-opératoire des marges de la tumeur (CLARAFT) aboutira, nos l’espérons, à un essai clinique dans un avenir assez proche. Nous disposons de deux ans pour terminer les essais précliniques et rédiger l’essai clinique.

A mon sens,  les thérapeutiques ciblées sont une véritable une voie d’avenir pour la thérapie de l’ostéosarcome, d'autant que de nombreuses voies restent à explorer !